Albert Le Grand est un hagiographe breton, frère dominicain né à Morlaix en 1599 et décédé en 1641 à Rennes.

Il fait profession au couvent de Rennes, avant de se voir assigné à celui de sa ville natale en 1622 ou 1623. Né Jean Le Grand, il choisit lorsqu'il entre dans les ordres de se placer sous le patronage d'Albert le Grand, béatifié précisément en 1622.

Ses écrits, consacrés à la matière hagiographique et historique bretonne, souvent jugés trop légendaires, connaissent un grand succès.

Il est surtout connu pour sa Vie des saincts de la Bretaigne armorique, publiée en 1637 à Nantes chez Pierre Doriou, et pour laquelle il utilise notamment des manuscrits anciens disparus par la suite.

Cette première somme hagiographique bretonne en français comprend 78 vies de saints, 3 récits et 9 catalogues épiscopaux, un pour chacun des diocèses bretons (Saint-Pol-de-Léon, Quimper, Tréguier, Saint-Brieuc, Vannes, Saint-Malo, Nantes, Dol-de-Bretagne et Rennes). L’ouvrage est réédité augmenté sous les auspices de Guy Autret de Missirien (Rennes, Jean Vatar, 1659), qui avait collaboré avec le dominicain, puis en 1680. Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet en offre une nouvelle édition, sans les catalogues épiscopaux, parue en 1837 (chez P. Anner à Brest).

L’édition de référence demeure celle dite « des trois chanoines », publiée en 1901 (J. Salaün, Quimper), due à Alexandre-Marie Thomas, Jean-Marie Abgrall et Paul Peyron. Albert Le Grand publie également en 1640 La Providence de Dieu sur les justes en l'histoire admirable de saint Budoc archevesque de Dol, chez J. Durand à Rennes. Cette vie de saint Budoc est intégrée aux rééditions successives de La Vie des saincts de la Bretaigne armorique (au titre modifié dès sa deuxième réédition en 1680 en Vies des saints de la Bretagne armorique).

Il a également co-écrit l'ouvrage "La Magie Noire : Les Vrais Secrets" avec Albertus Magnus.